Historique

Une brève histoire de Génissieux

GENISSIEUX serait-il le plus ancien village du canton de Romans ? Certains historiens prétendent, sous la foi de documents en latin, qu’il existait déjà au 7 ème siècle.
Le village se nommait alors Villa de GENICIACO. D’ailleurs, dans son testament datant de 696, l’Abbé Ephibius lègue à l’Eglise de Vienne « la terre toute entière de Génissieux, avec tout ce qui lui appartient, les serfs de l’un et de l’autre sexe, les terres, les bois, eaux, ports et districts et tout ce qui relève de ladite terre… »
En 887 le nom primitif du village se transforma en Giniciacum.On trouve Gineciacum Villa en 908, Janaiseium au 11 ème siècle, Genecieu en 1550 et Genicecum en 1650. Sur l’origine du nom les experts sont en parfait désaccord.

Genesius est le nom porté par 6 saints dont 3 nés en Auvergne. Les habitants de l’époque avaient-ils voulu dédier leur pays à l’un d’eux ? D’autre part, Genistaceus, en bas latin, désignait un « lieu couvert de genêts ». Bien que les genêts ne soient pas très répandus de nos jours sur les coteaux , il n’est pas interdit de penser qu’ils se trouvaient beaucoup plus nombreux à une époque lointaine. Serait-ce l’origine de Génissieux ?
La terre de Génissieux propriété de l’Eglise de Vienne passait dans celle de l’Eglise de Saint Barnard de Romans en 856. Pendant tout le Moyen-Age, elle fut l’objet de fréquentes disputes entre le Chapitre et le Seigneur. Plus tard les Chanoines cédèrent la terre à la famille Clermont-Chatte dont les membres portaient le titre de « Seigneurs de Génissieux ». Des revers de fortune obligèrent ces derniers à engager leurs biens. A partir de 1528, la Seigneurie changea fréquemment de mains et en 1757 elle échut au Bailly de Bourchenu qui en fut dépossédé à la révolution.

A une époque assez lointaine, la Communauté de Génissieux incluait Geyssans, Triors, et une partie des territoires de Romans et Saint Paul Les Romans. Cet état des choses fut modifié sous l’ancien régime et Génissieux fut rattaché à la Communauté de Peyrins.
Il semble que les habitants se soient pendant longtemps accommodés de cette situation, jusqu’au 18 février 1838 où les génissois présentaient une première pétition en vue d’acquérir leur indépendance. Dès le début, Peyrins repoussa l’idée de la séparation. Alors commença une longue période de discussions, discours, pétitions, démarches à tous les échelons des pouvoirs publics régionaux et nationaux. Il y eut des réunions, des assemblées, des manifestations plus ou moins spectaculaires.

Les formalités durèrent 35 ans ! Enfin la Loi du 20 juin 1873, sous la présidence de Mac Mahon, érigeait en municipalité distincte la section de Génissieux distraite de Peyrins. Le 31 août 1873 avaient lieu les premières élections municipales de Génissieux.
Le 17 septembre 1873, le Conseil Municipal était installé. Mr Victor Brichet, dont le portrait orne actuellement la salle du Conseil Municipal, était proclamé premier Maire de la Commune.

Print Friendly, PDF & Email